Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 57 à 57 sur 466

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Locus Solus / Raymond Roussel

Auteur : Roussel, Raymond (1877-1933). Auteur du texte

Éditeur : A. Lemerre (Paris)

Date d'édition : 1914

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 459 p. ; in-18

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 466

Description : [Locus Solus (français)]

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k109252r

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y2-62816

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb312587718

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 99 %.
En savoir plus sur l'OCR


posait normalement, la rondelle bleue en haut; dans.le cas, au contrainre, où la mâchoire dominatrice se trouvait en jeu, la manœuvre, bien que pareille, exigeait le renversement complet du cylindre et de la- rondelle grise. Pour les bouches dégarnies, si d'un côté le soutien faisait défaut à cause d'une dent manquante, le maître, en vue d'un emploi fort simple, choisissait dans un lot varié de parallélipipèdes droits en ivoire plein celui qui, par sa hauteur, pouvait fournir la meilleure suppléance; le cylindre, s'installant d'une part sur une dent, de l'autre sur l'ivoire, offrait aüisi l'opposition voulue. Quand un vide complet environnait la dent morbide, doublement isolée, deux parallélipipèdes devenaient nécessaires. En présence de deux dentssùpports d'inégale grandeur, Canterel recourait un assortiment de petits carrés ivoirins d'épaisseurs diverses, dont un seul, mis sur la plus basse, établissait, pendant l'instant critique, une parfaite similitude de niveau.

Par une conséquence voulue de la combinaison atomique particulière qui l'engendrait, l'aimantation s'exerçait seulement du côté intérieurement assombri au début par lëTcylindre, dans