Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 90 à 90 sur 286

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert. T. 12, 2

Auteur : Flaubert, Gustave (1821-1880)

Éditeur : L. Conard (Paris)

Date d'édition : 1910

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 18 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k107251t

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Z-18098 (12)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31697016g

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 98 %.
En savoir plus sur l'OCR


Mais ne suis-je pas déjà assez ployé comme un roseau ? Tu veux donc que l'orage aille toujours jusqu'à ce qu'il m'ait brisé tout à fait?

Oui! pour te laisser sur quelque grève déserte, où le désespoir, comme un vautour, viendra manger ton âme.

J'irai donc ainsi de dégoûts en dégoûts, repu et toujours traîné aux festins! tu vas me conduire ainsi par les mondes! Oh! j'en ai assez. Grâce! toujours de l'ennui morne et sombre! toujours le doute aux entrailles pitié! pitié!

Non non! je veux que tu n'aies plus de doute, et que ta pensée s'arrête et ne tournoie plus sur ellemême comme la terre dans sa course ivre et chancelante.

Et que vas-tu me faire? Vas-tu me changer, me donner une autre corps? car le mien est déjà vieux; j'ai en moi le souvenir de dix existences passées, et déjà je me suis heurté à tant de choses que si je vais ainsi je tomberai en poussière.

Ton sang est vieux, dis-tu? j'y ferai couler du poison dedans, qui nourrira ta chair flétrie; je te soutiendrai jusqu au jour où tu pouras aller seul, jusqu'au jour où je te lâcherai de ma griffe. Maintenant va, cours, bondis dans les vices, les crimes et les passions. Oh je vais animer ton existence, je vais te gonfler le cœur jusqu'à ce qu'il crève

SMARH.

SATAN.

SMARH.

SATAN.

SMARH.

SATAN.