Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 59 à 59 sur 286

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert. T. 12, 2

Auteur : Flaubert, Gustave (1821-1880)

Éditeur : L. Conard (Paris)

Date d'édition : 1910

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 18 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k107251t

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Z-18098 (12)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31697016g

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 98


SATAN.

On te demande ce que c'est que la vie.

YUK.

Qui cela? qui fait une pareille question? (Saun lui désigne Smart.) Vraiment (Riant.) La vie? ah! par Dieu ou par le Diable, c'est fort drôle, fort amusant, fort réjouissant, fort vrai; la farce est bonne, mais la comédie est longue. La vie, c'est un linceul taché de vin, c'est une orgie où chacun se soûle, chante et a des nausées; c'est un verre brisé, c'est un tonneau de vin acre, et celui qui le remue trop avant y trouve souvent bien de la lie et de la boue.

Tu veux connaître cela? pardieu! c'est facile; mais tu auras le mal de mer avant cinq minutes et une envie de dormir, car tout cela te fatiguera vite, car l'existence te paraîtra une mauvaise ratatouille d'auberge, qu'on jette à chacun et que chacun repousse, repu aux premières cuillerées; car les femmes te paraitront de maigres mauviettes, les hommes de singuliers moineaux, le trône une gelée bien tremblante, le pouvoir une crème peu faite, et les voluptés de tristes entremets.

Un digne cuisinier, c'est vous, mon maître, qui nous servez toujours ce qu'il y a de plus beau sous le ciel; vous, qui donnez les jolies pécheresses, laissant aux anges du ciel les dévotes jaunies. A nous, dont la nappe est faite avec les linceuls des rois, qui nous asseyons au large festin de la mort sur les trônes et les pyramides, qui buvons le meilleur sang des batailles, qui rongeons les plus hautes têtes de rois et qui, bien repus des empires, des dynasties, des peuples, des passions, des larges crimes, revenons chaque jour regarder le monde se mouvoir, les marionnettes gesticuler aux fils que nous tenons dans la main, qui voyons passer, en riant, les siècles amoncelés, et