Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 121 à 121 sur 286

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Oeuvres complètes de Gustave Flaubert. T. 12, 2

Auteur : Flaubert, Gustave (1821-1880)

Éditeur : L. Conard (Paris)

Date d'édition : 1910

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 18 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k107251t

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Z-18098 (12)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31697016g

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 98


un éternel adieu, un dernier et long baiser, à ce qu'il avait éclairé, aux bois, aux prairies, aux forêts, aux vallons déserts, à l'Océan sur lequel il courait dans les longues journées; il était parti, les astres n'étaient point venus, et ils étaient allés éclairer d'autres mondes, plus haut.

Pourquoi donc Smarh lève-t-il la tête? Voilà une femme à ses côtés. Non, c'est un ange, elle lui a essuyé ses larmes, avec le bout de ses ailes blanches; elle l'a relevé, l'a porté sur son cœur, elle pleure aussi, elle a les pieds en sang, elle lui dit «O mon bienaimé, viens à moi, ils m'ont chassée, ils m'ont bannie, aime-moi, je suis si belle. »

Et Smarh poussa un cri de joie, il se rattachait à la branche de salut d'où l'ouragan l'avait entraîné. H s'écria tout à coup

Oui, je t'aime! je t'aime! tu vois bien que je renais, que je vis, tu vois que le soleil reparait, que l'herbe pousse sur les coteaux, que les fleuves coulent encore; oui, je t'aime! O mon Dieu, mon Dieu, j'avais douté, j'avais pleuré, j'avais maudit, j'avais vu le monde passer comme une chaîne de squelettes dans une danse de l'enfer, et je n'avais pas compris! Mais la providence se déroule à mes yeux, voilà l'aurore qui vient, l'horizon se déroule, s'avance, et laisse voir au fond quelque chose de resplendissant et d'éternel; oui, je t'aime! Si tu savais! écoute donc! Est-ce que c'est moi qui ai vécu si longtemps, qui ai marché sur tant de poussières, heurté tant de ruines? Non, voilà la poussière qui monte au ciel, voilà les ruines qui se lèvent et se placent. Qu'étais-je donc? Poète? Oh! oui! je chanterai toujours, je chanterai encore. Oh! je t'aime!

Tout à l'heure j'étais dans le tombeau, je sentais un marbre lourd sur ma tête, et je me heurtais aux planches du cercueil, mais je suis au ciel! Oh! je t'aime pour l'éternité; pour l'éternité tu es à moi!