Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 79 à 79 sur 118

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Un souvenir de Solférino / par J.-Henry Dunant

Auteur : Dunant, Henry (1828-1910). Auteur du texte

Éditeur : J.-G. Fick (Genève)

Date d'édition : 1862

Sujet : Guerre -- Secours aux malades et blessés -- 19e siècle

Sujet : Solferino, Bataille de (1859) -- Récits personnels

Sujet : Italie -- 1859 (Guerre contre l'Autriche) -- Soins médicaux

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 115 p. : carte ; in-8

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 118

Description : [Un souvenir de Solférino (français)]

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k1060754

Source : Bibliothèque nationale de France, département Réserve des livres rares, RES-LH5-983

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb340856620

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 97 %.
En savoir plus sur l'OCR


c'est horrible ce que je soufre » s'écrie-t-il. Mais il faut agir, et sans retard vingt autres blessés veulent être opérés dans la même matinée, et cent cinquante attendent leur pansement, on n'a pas le temps de s'apitoyer sur un seul ni de s'arrêter à ses indécisions. le chirurgien, bon de caractère, mais froid et résolu, répond seulement: « Laissez-nous faire, » puis il relève rapidement la couverture la jambe fracturée a doublé de volume, de trois endroits s'écoule une suppuration abondante et fétide~ des taches violettes prouvent qu'une artère principale ayant été rompue le membre ne peut plus être nourri, il n'y a donc plus de remède, et la seule ressource, s'il y en a une, c'est l'amputation au tiers supérieur de la cuisse. Amputation mot effrayant pour ce malheureux jeune homme, qui dès lors ne voit devant lui d'autre alternative qu'une mort prochaine ou la misérable existence d'un estropié. Il n'a plus le temps de se préparer à la dernière décision « Mon Dieu, mon Dieu qu'allez-vous faire? » demande-t-il tout frissonnant. Le chirurgien ne répond pas. « Infirmier, transportez, dépêchez! » dit-il. Mais un cri déchirant s'élève de cette poitrine haletante, l'infirmier maladroit a saisi la jambe inerte, et pourtant si sensible, beaucoup trop près de la plaie les os fracturés en pénétrant dans les chairs ont causé un horrible supplice au soldat, dont on voit la jambe Ûéchir, ballottée par les secousses du transport jusqu'à la salle des opérations. Affreux cortège! il semble que l'on conduise une victime à la mort. M repose enfin sur la table des opérations, qui est recou-