Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 182 à 182 sur 401

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Le diable à Paris : Paris et les Parisiens à la plume et au crayon. Partie 2 / par Gavarni, Grandville...

Éditeur : J. Hetzel (Paris)

Date d'édition : 1868-1869

Contributeur : Gavarni (1804-1866). Illustrateur

Contributeur : Grandville (1803-1847). Illustrateur

Sujet : Paris (France) -- Ouvrages illustrés

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 4 vol. : ill. ; gr. in-8

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 401

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k102689r

Source : Bibliothèque nationale de France, département Centre technique du livre, 4-Li3-165 (2) (B)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30490880m

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 75 %.
En savoir plus sur l'OCR


UN BAL A L'H4TEL DE VILLE

PAR GUSTAVE DROZ

A illaclame clc B* Ù S. (Imlre-ct-Goinc.)

J'y ai été, ma bonne chérie. J'avais une robe de mousseline blanche toute garnie de petits bouillons une neige, une crème fouettée. Ajoute à cela une large ceinture bleu-clair avec un noeud géant, comme on les porte. Sylvani m'avait coiffée en mousse, c'est-à':dire que mes cheveux étaient frisés, entortillés, mêlés, enchevêtrés ça ne ressemble à rien, mais cela n'est pas laid du tout, et, ma foi, j'étais gentille. Paul me l'a dit, je me le suis dit aussi j'étais gentillé, et je te permets de le répéter..

Il faut te dire que la fète commence par un grand froid aux pieds. Trois jolis quarts d'heure' de queue, on a beau dire, c'est long c'est surtout long parce qu'on attend, parce qu'à' travers les glaces de la voiture toutes couvertes de buée on aperçoit sur le trottoir des centaines de curieux à l'?il moqueur, Qu nez rouge de froid, qui vous regardent en riant. La lumière des becs de gaz se reflète sur tous ces curieux; les sergents de ville pataugent dans la boue, courant de ci, courant de là, tandis que les gardes à cheval, sous leurs manteaux à grands collets, reçoiveut avec soumission la pluie du ciel, dont les gouttelettes ruissellent en brillant sur leurs casques d'acier. Au milieu de cette place boueuse et de ces- gens transis, dont une glace me séparait, je sentais que je n'étais pas trop mal, et je m'en félicitais; j'enfonçais mes pieds dans la fourrure, et je me faisais l'effet d'une plante rare dans une serre bien chauffée, lorsque la neige tombe au dehors.

Bientôt, j'ai aperçu la fôule plus éclairée, j'ai vu un plus grand nombre de sergents de ville pataugeant, puis le roulement de la voiture est devenu plus sonore, nous entrions sous unè voûte, et, après avoir traversé une cour pleine de laquais courant et de chevaux piaffant, 87 -2G .95 ·